Göttingen

Mais l'amour y fleurit quand même

Arxivat a: Cançó, Música, El piano

La cantant francesa Barbara, nom artístic de Monique Serf, va néixer a París el 9 de juny de 1930 i va morir a Neuilly-sur-Seine el 24 de novembre de 1997. El 1964 va ser convidada a fer un concert a la ciutat universitària de Göttingen, a Alemanya, però l’organització general de l’esdeveniment no satisfeia els requeriments de la cantant. Finalment, i gràcies a l’esforç dels estudiants que van aconseguir un piano de cua adequat, el concert va poder començar i Barbara va ser ovacionada només sortir a l’escenari. Commoguda, va decidir allargar la seva estada a la ciutat i va escriure Göttingen, un cant a l’amistat entre França i Alemanya malgrat tots els conflictes passats, un himne a la pau que sona així.


Bien sûr, ce n’est pas la Seine,
ce n’est pas le bois de Vincennes,
mais c’est bien joli tout de même
à Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines
qui se lamentent et qui se traînent,
mais l’amour y fleurit quand même
à Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,
l’histoire de nos rois de France:
Herman, Peter, Helga et Hans,
à Göttingen.

Et que personne ne s’offense
mais les contes de notre enfance
“Il était une fois”, commence
à Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine
et puis notre bois de Vincennes
mais Dieu, que les roses sont belles,
à Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes
et l’âme grise de Verlaine.
Eux, c’est la mélancolie même,
à Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire
ils restent là à nous sourire,
mais nous les comprenons, quand même,
les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s’étonnent,
et que les autres me pardonnent,
mais les enfants, ce sont les mêmes,
à Paris ou à Göttingen.

Ô, faites que jamais ne revienne
le temps du sang et de la haine,
car il y a des gens que j’aime,
à Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,
s’il fallait reprendre les armes,
mon coeur verserait une larme
pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c’est bien joli tout de même,
à Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l’alarme,
s’il fallait reprendre les armes,
mon coeur verserait une larme
pour Göttingen, pour Göttingen.
 

Foto: Facebook Barbara


 

Comentaris

    Iamen Novembre 30, 2020 6:48 pm
    Quan Barbara va escriure aquesta cançó jo tenia 16 anys i des d'aleshores aquesta cantant, i aquesta cançó en concret, han estat entre les meves "de capçalera". M'emocionava la lletra i em feia tristesa que aquella connexió espiritual amb els joves estudiants alemanys es pogués veure afectada, algun dia, per una nova guerra... Moltes gràcies per haver-la triat!

Nou comentari